GUIDE POUR ACHETER SA PHARMACIE

Devenir titulaire d’une pharmacie est un processus complexe. Le secteur de la pharmacie est dynamique, mais comporte des enjeux considérables. Acheter sa pharmacie et maintenir une croissance rentable dans la durée, repose sur une stratégie solide et une bonne maîtrise du marché.

Voici quelques conseils pour l’installation ainsi que les règles pour comprendre le marché officinal et se lancer sereinement.  S’installer ou se réinstaller aujourd’hui, est-ce une bonne idée ?

1. Définir son projet

Prendre la décision d’acheter une officine, nécessite en premier lieu,  une réflexion et une planification minutieuse. Dans cet esprit, certaines étapes clés doivent être considérées avant de sauter le pas : comprendre le marché officinal, cerner vos objectifs, et être informé au plus près sur les différents aspects de l’acquisition.

L’achat d’une pharmacie est souvent présenté comme une opportunité unique pour les pharmaciens car il permet de se constituer un patrimoine. D’un point de vue financier et juridique, vous devez considérer ce que vous voulez réellement en achetant votre officine et comprendre que cela aura un impact sur vos engagements financiers et vos responsabilités.

2. Éléments à prendre en compte

Éléments économiques et financiers

La décision d’achat d’une pharmacie n’est pas simplement le résultat d’une envie mais bien d’une décision mûrement réfléchie. En effet, l’acquisition d’une officine est un processus difficile car il implique un investissement important. Il convient donc d’apprendre à reconnaître les attributs économiques et financiers dominants du secteur qui aident à la prise de décision.

C’est également lors de la reprise d’une officine que l’on remet à plat ses différents partenaires stratégiques et notamment les groupements de pharmacies, génériqueurs, grossistes répartiteurs etc.  comparer les différents groupements

Tenir compte de l’environnement

  • Démographie
  • Composition du chiffre d’affaire et de la marge
  • L’étude de la concurrence
  • Retraiter les éléments exceptionnels
  • Modèle d’exercice du cédant
  • Construction d’un prévisionnel prudent et réaliste

Élements juridiques et choix du statut

Les personnes souhaitant acquérir une pharmacie se trouvent vite face à un choix crucial : quelle forme juridique choisir ?

Tour d’horizon des différents statuts juridiques possibles. 

  • Acquisition du fonds de commerce
  • Acquisition des parts
  • SPFPL (holding)
  •  .

3. Modes d'acquisition

Qu'est-ce que j'achète ?

  • Un fond de commerce

Juridiquement, la pharmacie constitue un fonds de commerce comme un autre. On retrouve des éléments matériels (les outils de production) et des éléments immatériels (la clientèle, l’enseigne, le droit au bail, etc.) nécessaires au pharmacien pour l’exploitation de son officine.

Toutefois, l’opération de cession d’un fonds de commerce d’officine est régie législation en matière pharmaceutique, qui encadre strictement à la fois les règles d’implantation d’une officine de pharmacie (qui doit faire l’objet d’une licence délivrée par l’ARS – Agence Régionale de Santé) et les règles autorisant l’exercice de la profession de pharmacien (exigence d’un diplôme d’État, inscription préalable à l’Ordre, etc.).

  • Des parts sociales

L’acquisition des parts (actif et passif) demande une certaine maîtrise en comptabilité. La valeur de ces parts dépend notamment de l’endettement ou non de l’officine. La valeur des parts sociales est calculée en fonction de la valeur du fond de commerce et des actifs/passifs de la société. 

4. Choix juridiques et fiscaux

Quelle forme juridique choisir ?

Non recommandée

SNC  (La société en nom collectif )

Recommandée

SELARL (Société d’Exercice Libéral À Responsabilité Limitée)

SELAS (Société d’exercice libéral par actions simplifiées)

Ces sont deux Sociétés d’Exercice Libéral (SEL) permettant aux professions libérales réglementées de pratiquer leur activité dans un cadre juridique adapté aux particularités de leur métier.

Ces deux statuts juridiques sont les mieux adaptés à l’exercice officinal mais il convient de bien définir les points suivants :

    • Mise en place d’un pacte d’associé et règlement intérieur
    • Si association avec un investisseur :  définition des modalités de sortie
    • Clause de garantie de l’actif et du passif

Quel régime d’imposition pour les pharmacies ?

Non recommandé

IR :  Impôt sur le revenu

  • Impasse financière à moyen terme pour le titulaire            
  • Impôt sur le revenu et cotisations sociales basés sur le résultat y compris les remboursements d’emprunt et non sur les sommes réellement perçues par le titulaire.

Recommandé

IS : Impôt sur les sociétés

  • Régime fiscal moins contraignant pendant la période de remboursement.
  • Existence de mécanismes fiscaux lors d’acquisition de titres de sociétés.
  • Impôt sur le revenu et cotisations sociales basés sur la rémunération réelle du titulaire

5. Financer son officine

Pour financer votre pharmacie, que ce soit pour démarrer, acheter, développer ou maintenir l’entreprise, vous disposez de diverses options financières. Les institutions financières ont chacune leur stratégie d’investissement, et bien que cela varie d’un établissement à un autre, la plupart des banques analysent les points suivants :

Le regard du  banquier :  Les critères hors financiers 

  • Faire sa propre analyse du contexte économique et environnemental de l’officine cible
  • Personnalité du cédant et surtout de l’acquéreur
  • Parcours et expériences de l’acquéreur

Le regard du  banquier :  Les critères  financiers

   Sphère privée 

  • Endettement personnel
  • Situation patrimoniale complète du foyer fiscal
  • Niveau de vie personnel
  • Revenu du foyer fiscal
  • Priorité des projets

  Sphère professionnelle

  • Construction du prévisionnel
  • Critères financiers purs du cédant : CA, Taux de marge, EBE
  • Évolution de l’officine cible sur les dernières années
  • Fiabilité des comptes annuels du cédant

Comment financer son officine ?

  • Apports personnel ou des investisseurs : il existe des solutions pour compléter un apport qui serait insuffisant (prêt personnel avec différé par un établissement bancaire sous certaines conditions, boosters d’apport, association, investisseur privé etc.)
  • Quel montant pour l’apport ? un montant de 20% est généralement demandé
  • Durée habituelle de l’emprunt : 12 ans
  • Taux actuellement bas mais l’augmentation des taux de la BCE pour contrer l’inflation pourrait nous amener à atteindre en fin d’année les 3%
  • Garanties demandées :  nantissement du fond intervention d’un organisme de caution et/ou caution personnelle
  • Assurance emprunteur :  points essentiels du dossier de financement

Vous représentez une pharmacie en activité ?