Auxiliaire Pharmaceutique : faciliter la transaction d’officine

En 2020, on compte 1503 transactions d’officine. 

Le secteur de la vente et de l’achat d’officine est particulier. Il possède ses propres acteurs. 

Ce sont les transactionnaires d’officine.

Leur rôle ? Accompagner les acheteurs ET les vendeurs dans leur démarche. 

En France, il existe une dizaine de cabinets spécialisés dans la transaction d’officine. 

Aujourd’hui, Florent, négociateur chez L’Auxiliaire Pharmaceutique, partenaire de choisirmongroupement.com, répond à nos questions pour en savoir plus sur le rôle de ces cabinets. 

Florent, qu’est-ce que la transaction d’officine chez L’Auxiliaire Pharmaceutique ?

L’Auxiliaire Pharmaceutique est une entreprise qui existe depuis 60 ans. Elle compte aujourd’hui une belle équipe de 35 personnes réparties sur toute la France afin de répondre au mieux à la demande. 

Notre métier est simple, c’est la négociation et la transaction de pharmacie. Nous allons chercher les pharmacies qui sont à la vente pour leur permettre de trouver un acheteur. 

Ensuite nous mettons en contact l’acheteur et le vendeur. 

Mais on ne s’arrête pas là, notre structure est équipée de différents services avec du personnel qualifié pour optimiser les démarches de nos clients : 

  • Un service juridique qui permet de réaliser l’ensemble des actes, de la promesse de vente à l’acte définitif. L’équipe est capable de répondre à toutes les questions juridiques que peuvent se poser les deux partis lors de la transaction.

  • Un service commercial qui met en avant les meilleures opportunités d’achat après la réalisation d’une étude approfondie de la pharmacie à vendre. 

Le négociateur peut aussi aider le futur acheteur dans sa recherche de financement.

Super, et quel est concrètement votre rôle lors de l’acquisition d’une officine par un pharmacien ?

Dans un premier temps, nous permettons la rencontre entre l’acheteur et le vendeur. Ensuite, nous allons encadrer la transaction pour que tout se passe dans de bonnes conditions pour les deux parties. 

Nos collaborations sont basées sur l’écoute, le respect et surtout la confidentialité

Lorsqu’un pharmacien souhaite vendre, nous allons étudier l’officine et collecter un maximum d’informations sur divers éléments (masse salariale, baux commerciaux comptabilité, étude de l’environnement/marché local). Puis nous allons déterminer l’opportunité qu’il y a pour un acheteur. Cela va nous permettre d’aider le vendeur à trouver le bon prix par rapport au marché.

Pour aller plus loin, L’Auxiliaire Pharmaceutique peut être force de proposition, en proposant par exemple à des pharmacies de se regrouper, de transférer une officine dans un autre quartier… Toujours dans un but de mieux vendre et pour que cela soit cohérent pour le futur pharmacien titulaire.  

Comment aidez-vous les futurs titulaires dans leur acquisition ?

S’ils décident de nous confier aussi l’aspect juridique alors nous les accompagnons vraiment de A à Z dans leur démarche. 

Dans un premier temps, nous allons étudier l’officine dans sa globalité. Nous demandons le plus d’informations possible en amont de la transaction. Comme précisé plus haut nous allons étudier l’environnement, la comptabilité, la masse salariale… 

Cela nous permet ensuite de réaliser un plan de financement prévisionnel pour l’acheteur.

Dans le même temps, on voit à ce moment-là si le prix souhaité par le vendeur est cohérent. En effet, s’il ne permet pas à un acheteur de s’en sortir, il faudra l’étudier à nouveau avec le vendeur. 

Ensuite, le négociateur en charge du dossier va préparer avec le futur titulaire son dossier de financement. À cette étape, les groupements (ou d’autres établissements) peuvent intervenir en proposant un booster d’apport (c’est-à-dire un complément à l’apport du pharmacien qui achète). Cela va permettre d’augmenter la crédibilité du dossier auprès des banques. 

Et comme évoqué plus haut, nous accompagnons le pharmacien dans ses démarches auprès des banques pour appuyer son dossier. 

Travaillez-vous avec les groupements ?

Pour nous, il est important d’avoir une connaissance du milieu pharmaceutique et donc des groupements. On peut accompagner l’acheteur dans sa recherche de groupement et dans sa communication avec eux. 

Le milieu pharmaceutique est petit, tout le monde se connaît. 😉

Pour conclure,

Les transactionnaires d’officine comme l’Auxiliaire Pharmaceutique permettent de réaliser des transactions de manière encadrée et le plus sereinement possible autant pour l’acquéreur que pour le vendeur. Et comme Florent nous l’a expliqué, certains groupements vous aident à devenir titulaire de votre officine notamment grâce aux boosters d’apport. 

Vous avez pour projet d’acheter une officine ? Vous recherchez le groupement qui correspond le mieux à ce projet ? Notre comparateur vous permet de comparer plus de 200 groupements en quelques minutes seulement. 

Vous représentez une pharmacie en activité ?